?

Log in

No account? Create an account

Don't Kill Spike Club Live Journal

For all the latest from & about James Marsters!


Previous Entry Share Next Entry
James Marsters : «Jouer les affreux, j'adore, et j'essaye d'être un homme bien dans la vie» | @ladep
dksc lj
dontkillspike

James Marsters : «Jouer les affreux, j'adore, et j'essaye d'être un homme bien dans la vie»

Toulouse Game Show

    Invasion de geeks et de superhéros, hier, au Toulouse Game Show./  Photo DDM, Michel Viala
Invasion de geeks et de superhéros, hier, au Toulouse Game Show./ Photo DDM, Michel Viala

Parmi les stars américaines invitées au Toulouse Game Show ce week-end au Parc des expositions, le comédien qui incarne Spike dans «Buffy contre les vampires» s'est confié hier matin, en privé.

James Marsters, tout de noir vêtu, la cinquantaine bien portante (il est né en 1962 près de San Francisco en Californie), venu testé hier sa popularité auprès des geeks toulousains, repartira certainement avec des certitudes. Que son rôle de Spike dans la série télévisée créée en 1998 aux Etats-Unis «Buffy contre les vampires» (sept saisons) lui colle définitivement à la peau. Le comédien internationalement connu avoue exceller dans le costume du «bad guy» (mauvais garçon) des séries de science-fiction genre Metal Hurlant Chronicles.

C'est votre premier Toulouse Game Show ?

Oui, c'est la première fois que je viens à Toulouse. En France, je suis venu plusieurs fois à Paris.

Quelle est la plus-value d'une telle convention pour votre carrière de comédien ?

J'ai commencé à aller dans des conventions aux Etats-Unis à l'âge de 13 ans. J'étais déjà habillé en Vulcain. Je trouve que dans les conventions, tout le monde paraît beau, en sécurité, il est ce qu'il a envie d'être. Je trouve que c'est comme une grande tolérance de la diversité. C'est une population de gens très cool qui se rassemblent et c'est vrai partout dans le monde. Mais je reste aussi un peu nerveux lorsque je dois participer à une convention plus traditionaliste qui se déroule au Texas, par exemple.

Vos fans vous voient-ils toujours à travers le visage de Spike dans «Buffy contre les vampires» ?

Je suis très chanceux d'avoir joué dans «Buffy». Et très fier aussi. J'aurais également aimé que cela dure toujours. Cette série reste pour moi un exemple de télévision subversive. Ça prouve que les femmes savent se défendre. Un ami, acteur dans Star Wars, m'a dit un jour que ce n'était pas crédible qu'une femme aussi frêle que Buffy (incarnée par Sarah Michelle Gelar, N.D.L.R.) puisse frapper aussi fort. Je lui ai alors demandé quelle taille faisait Bruce Lee…

Il y a deux ans, interviewé sur internet, vous racontiez qu'en réalisant Star Wars, George Lucas pensait aux Etats-Unis en créant l'Empire du mal. Les séries sont-elles toujours aussi subversives sous Donald Trump ?

Oui, mais aussi beaucoup dans les jeux vidéo. Il y en a un où les nazis ont finalement gagné la Seconde guerre mondiale et conquis l'Amérique. Dans cette histoire, la plupart des Américains acceptent leur sort avec le soutien des suprémacistes blancs, considérés par les nazis comme des idiots utiles. Et bien, c'est un exemple évident de la situation politique actuelle aux Etats-Unis.

Votre actualité ?

Je joue dans une série qui s'appelle Runaways (sortie le 21 novembre sur la plateforme de streaming Hulu). C'est l'histoire d'adolescents qui découvrent que leurs parents sont des gens horribles. Encore un exemple de subversion. Jouer les affreux, j'adore, alors que j'essaye d'être un homme bien dans la vie.


TGS, c'est 50 000 geeks

Les geeks se lèvent tôt. Preuve à l'appui hier matin dès 8 h 30, la déferlante de visiteurs qui a littéralement envahi le Parc des expositions où se tient ce week-end la onzième convention Toulouse Game Show (TGS). Le froid et la neige n'ont pas vraiment dissuadé les milliers de fans de cet évènement créé en 2007 par Sébastien Laurens, alors vendeur de jeux vidéo. Cette année-là, le premier TGS, organisé à Diagora Labège, rassemble 10 000 visiteurs. C'est un succès indéniable. Et un spectacle permanent avec le défilé incessant de visiteurs tout droit sortis de mangas, d'autres en superhéros façon Marvel. On croise aussi, au gré des halls, Dark Vador et sa garde impériale ou un Super Mario impeccable. Sans compter que tous les derniers jeux vidéo et les consoles à la mode sont mis à la disposition d'une jeunesse présente pour jouer pleinement le jeu. Après s'être acquitté du prix à l'entrée du site : 15 euros pour la journée, 45 pour le week-end et 100 euros pour le pass VIP (avec pochette cadeau). «Cette année, je ne sais pas encore, mais l'an dernier, on a accueilli plus de 45 000 personnes sur deux jours, explique Nicolas, responsable de la communication du TGS. Le froid va jouer un peu en notre défaveur cette année, mais je pense que la fréquentation n'a pas bougé. Elle augmente chaque année.»



James Marsters: "Play the dreadful, I love, and I try to be a good man in life"
Toulouse Game Show

Among the American stars invited to the Toulouse Game Show this weekend at the Parc des Expositions, the comedian who plays Spike in "Buffy against the vampires" confided yesterday morning, privately.

James Marsters, all dressed in black, well in his fifties (he was born in 1962 near San Francisco in California), yesterday tested his popularity with geeks Toulouse, will certainly leave with certainties. That his role of Spike in the television series created in 1998 in the United States "Buffy against the vampires" (seven seasons) definitely sticks to the skin. The internationally acclaimed comedian admits to excel in the "bad guy" costume of the sci-fi series Metal Hurlant Chronicles.

This is your first Toulouse Game Show?

Yes, this is the first time I come to Toulouse. In France, I came to Paris several times.

What is the added value of such an agreement for your acting career?

I started going to conventions in the United States at the age of 13. I was already dressed in Vulcan. I find that in the conventions, everyone looks good, safe, he is what he wants to be. I think it's like a great tolerance of diversity. It's a population of very cool people coming together and it's true all over the world. But I also stay a little nervous when I have to participate in a more traditional convention that takes place in Texas, for example.

Do your fans still see you through Spike's face in "Buffy the Vampires"?

I am very lucky to have played in "Buffy". And very proud too. I would have liked that it still lasts. This series remains for me an example of subversive television. It proves that women know how to defend themselves. A friend, an actor in Star Wars, told me one day that it was not credible that a woman as frail as Buffy (embodied by Sarah Michelle Gelar, Ed) could hit as hard. I asked him how big Bruce Lee was ...

Two years ago, interviewed on the internet, you told that by realizing Star Wars, George Lucas thought of the United States by creating the Empire of Evil. Are the series still subversive under Donald Trump?

Yes, but also a lot in video games. There is one where the Nazis finally won the Second World War and conquered America. In this story, most Americans accept their fate with the support of white supremacists, considered by the Nazis as useful idiots. Well, that's a clear example of the current political situation in the United States.

Your news?

I play in a series called Runaways (released November 21 on the Hulu streaming platform). It's the story of teenagers discovering that their parents are horrible people. Another example of subversion. Play the dreadful, I love, while I try to be a good man in life.

TGS is 50,000 geeks

Geeks get up early. Proof in support yesterday morning from 8:30, the surge of visitors who literally invaded the Parc des Expositions where this weekend is held the eleventh convention Toulouse Game Show (TGS). The cold and the snow did not really dissuade the thousands of fans of this event created in 2007 by Sébastien Laurens, then salesman of video games. That year, the first TGS, organized in Diagora Labège, brings together 10,000 visitors. It's an undeniable success. And a permanent show with the incessant parade of visitors straight out of mangas, others in superheroes way Marvel. We also cross, according to the halls, Darth Vader and his imperial guard or an impeccable Super Mario. Not to mention that all the latest video games and consoles are available to a youth present to fully play the game. After paying the price at the entrance of the site: 15 euros for the day, 45 for the weekend and 100 euros for the VIP pass (with gift bag). "This year, I do not know yet, but last year, we welcomed over 45,000 people over two days, says Nicolas, TGS communication manager. The cold will play a little against us this year, but I think attendance has not changed. It's increasing every year. "

SOURCE

Posts from This Journal by “james marsters interview” Tag